Je parle des différents thé et leurs vertus, aujourd’hui, je voulais vous faire un article sur les origines du thé au Japon.

champ thé au japon

Le théière, Camellia sinensis, est d’origine chinoise et on estime qu’il est utilisé depuis environ six mille ans.

Le Japon n’a pas une si longue histoire avec le thé, bien que cela remonte à un peu plus de mille ans.

Le thé vert japonais n’est pas seulement célèbre dans le monde, il a également évolué d’une manière très différente de celle du chinois.

Au 8ème siècle, le bouddhisme est arrivé au Japon, ainsi que divers aspects de la culture chinoise.

cérémonie thé japonais

Les moines bouddhistes ne buvaient pas de boissons alcoolisées, le thé était donc très apprécié. De même qu’en Europe les moines apportaient une grande contribution au vin, dans les temples bouddhistes de Chine, de nombreux progrès ont été réalisés dans la culture et la transformation du thé.

À cette époque, il était courant que les moines japonais se rendent en Chine pour leurs études religieuses. C’est ainsi qu’ils ont fait la connaissance du thé vert, qui était jusqu’alors le seul type de thé.

On ne sait pas quand ni qui a été le premier à apporter un théière au Japon, mais il existe des archives indiquant qu’au début du IXe siècle, deux moines nommés Saicho et Kūkai ont apporté des graines avec eux.

Il existe également des preuves écrites qu’en 815 un moine nommé Eichu a préparé du thé pour l’empereur Saga. C’est cet empereur qui fut le premier à promouvoir officiellement la culture du thé au Japon.

Eisai, le fondateur du premier temple zen du Japon, est généralement considéré comme le père du thé japonais. C’est parce qu’en 1214, il a écrit le Kissayojoki, un livre sur le thé vert.

D’où le début de la cérémonie du thé et du matcha. Cependant, le thé n’était apprécié que par les moines et les classes supérieures.

petite fille champ thé japonais

Petit à petit, le thé est devenu une boisson quotidienne au Japon, mais en vérité la qualité n’était pas du tout comparable à celle du thé chinois. Cela a changé en 1740 lorsque Nagatani Soen a développé le processus de cuisson à la vapeur et de roulement des feuilles de thé. C’est la naissance du sencha, le thé le plus populaire au Japon.

Il convient de noter qu’en Chine, la première façon de traiter le thé était également cuite à la vapeur, mais plus tard, cette pratique a été abandonnée. De même, en Chine, le thé a été pulvérisé pendant la dynastie Song (960-1279) de la même manière que le matcha d’aujourd’hui, mais encore une fois, ils ont abandonné cette méthode tandis que le Japon l’a poussé à un autre niveau.

N’oubliez pas que dans le thé vert, l’oxydation est arrêtée en ajoutant de la chaleur aux feuilles. Dans la Chine d’aujourd’hui, la plupart du thé est torréfié sur du métal, tandis que le Japon préfère la cuisson à la vapeur. C’est l’une des raisons pour lesquelles le thé vert des deux pays est si différent.

Une autre raison importante est les variétés de théier que chaque pays utilise.

préparation thé matcha

En 1908, Sugiyama Hikosaburo sélectionne un théier qu’il nomme Yabukita. Cela a pris beaucoup de temps mais finalement en 1953, il a été testé dans les laboratoires de thé de Shizuoka et recommandé pour un usage général. C’est ainsi qu’il s’est répandu dans tout le Japon, et couvre aujourd’hui au moins 75 % de la superficie cultivée en thé.

Enfin, le climat et le sol du Japon, ainsi que les goûts de ses habitants, ont fait du thé vert japonais au fil du temps l’acquisition des caractéristiques qu’il possède aujourd’hui.